Stanley Cup Playoffs : Finales de Conférence – mes prédictions!

Nous voici d’ores et déjà aux finales de conférence dans cette saison 2011/2012 de NHL bien surprenante surtout dans le déroulement de ses séries. Qui aurait parié un buck sur la participation des Kings, des Coyotes et des Devils à ces finales de conférence 2012 il y a un mois? Autant dire personne pour ce qui est de ce tiercé. Evidemment les séries nous réservent chaque année leur lot de surprises mais autant dire que cette année les surprises sont devenues le principe et les favoris l’exception. Les Rangers sont les seuls rescapés du grand écrémage ayant eu lieu durant le mois d’Avril. Toutefois, il serait faux de les considérer comme les grands favoris au prestige suprême de la Stanley Cup.

Dans ces finales, vous l’aurez compris, très inattendues, voici – après que les matchs 1 de chacune des séries se soient déroulés – mes prédictions pour ces matchs qui nous donneront le nom de deux prétendants aux honneurs suprêmes, à la Stanley Cup.

(#1) New York Rangers     VS.     New Jersey Devils (#6)

Enormément de monde s’attendait à vivre pour cette finale de la Conférence Est un remake du Winter Classic de cette saison entre les Rangers et les Flyers. Il est vrai que ces deux équipes étaient les « favoris » de leur série face à des Capitals revenus du diable vauvert et des Devils qui après une non saison 2011 semblaient retrouver un peu de leur superbe cette saison ci. Le fait est que pour une équipe – les Rangers – tout s’est passé comme prévu alors que pour les Flyers, la belle route qui semblait leur être ouverte pour les finales de l’Est s’est très rapidement refermée.

Ces Devils que tout le monde avait sous-estimé sont là et bien là! New Jersey est loin d’avoir volé sa qualification pour ces finales de conférence. En sortant les Flyers et cinq petits matchs, ils ont prouvés que sur cette série ils étaient largement meilleurs que les Flyers, bien trop désordonnés et minés par les blessures pour passer outre les Devs. NJ fait figure dans ces séries d’équipe avec une grande cohésion. Avec comme leitmotiv un forecheck de tous les moments, les hommes de Peter DeBoer ont trouvés cette saison leur manière de jouer. Ils ont littéralement écrasés une défense bien amoindrie par les blessures des Flyers grâce à ce système de jeu.

Mais un bon forecheck ne suffit pas à envoyer une équipe en finale de conférence. Pour cela, New Jersey a pu compter sur un Marty Brodeur toujours aussi redoutable en séries, même à 40 printemps. Brodeur est petit à petit monté en puissance pour montrer dans cette série face à Philly qu’il n’avait rien perdu de sa superbe printanière.
Juste devant lui, la défense des Devils s’est également révélée. Pas un joueur ne se distingue dans cette escouade preuve que la défense des Devils montre beaucoup d’application dans l’exécution du plan de jeu de Peter DeBoer faute d’avoir des individualité lui permettant quelques largesses. A vrai dire, les séries donnent rarement raison aux équipes s’accordant des largesses, encore plus défensives.

Il faudra que les Rangers se méfient énormément des Devils qui sont arrivés dans ces séries comme un tendre agneau et qui terminent comme une véritable bête féroce capable de croquer n’importe quel favori. Mais ne comptez pas sur les Rangers pour faire office de nouveau festin à ces diables de Devils!

Les Blueshirts sont désormais en mission à l’Est. Après être passés par un match 7 face aux Senators en quart de finale, puis face aux Capitals en demi, les Rangers sont encore présent au poste et s’amènent en finale de conférence gonflés à bloc. Gagner lors de matchs couperets comme le sont les matchs 7 font généralement les champions! Je ne sais pas si les Rangers seront champions d’ici un mois, mais ce que je sais c’est que cette équipe a un mental énorme. Même si dans l’exécution de ses séries New York n’a pas été irréprochable, cette équipe a malgré tout un groupe de guerriers prêt à tout sacrifier pour toucher la Coupe Stanley.

La série face aux Capitals était bien moins facile que ça pouvait en avoir l’air. Les Capitals étaient, dois-je vous le rappeler, les tombeurs du champion en titre, les Boston Bruins. Cette équipe, elle aussi surprise, menée par un Branden Holtby habité allait être difficile à écarter. Ce fut le cas pour les hommes de John Tortorella. Mais voilà, ces Rangers cette année sont irrésistibles. Ils ont fait preuve d’une immense dévotion pour le collectif durant toute la saison régulière et ça semble être la même chanson lors de ces séries. Avec l’une des meilleures défenses de la saison et sans doute le prochain détenteur du trophée Vézina (récompensant le meilleur gardien de la saison), on ne voit pas qu’es-ce qui pourrait arriver aux Rangers sur le plan défensif dans cette série?

A la lumière du match 1 entre Rangers et Devils, ce dernier constat semble se confirmer. Lundqvist se blanchi dès le premier match. Vous savez que généralement j’essaye de faire abstraction des matchs s’étant déjà déroulés lorsque je fais mes prédictions. Mais là je dois dire que ce match 1 apporte déjà certains enseignements. J’estime que cette série va dépendre de la capacité de l’attaque des Devils, qui a jouée jusque là un pur « in your face type of game », à faire rompre la défense des Rangers. Dans ce match 1 l’attaque des Devils a réussi à dominer cette défense en la faisant plier de nombreuses fois mais toutefois sans la faire rompre. Là sera pour moi la clef de cette série.

A l’image de ce constat, j’estime que New Jersey a la place pour dominer cette équipe de New York s’ils ont toujours du gaz dans la machine. Ce qu’ils ont montrés face aux Flyers et aux Panthers prouve qu’ils sont capable de jouer fort durant toute une série. S’ils n’en sont pas capable ici, les Rangers passeront! Ils ont tout intérêt de finir cette série en 6 matchs car les Rangers sont historiquement injouables à domicile pour un match 7.

Précition : New Jersey Devils en 6. 

 (#3) Phoenix Coyotes     VS.     Los Angeles Kings (#8)

Ces Kings sont insatiables! Après avoir créés la surpris en éliminant dès les quarts de finale le double détenteur du trophée des Président et dernier finaliste de la Stanley Cup, les Vancouver Canucks, les Kings ont réitérés un véritable exploit lors des demi-finales. Ils ont littéralement sweepés les St Louis Blues, 2ème meilleure équipe de la conférence Ouest durant la saison régulière et surtout meilleure défense de la ligue nationale durant le même exercice. Certains diront que la blessure de Jaroslav Halak aura sonné le glas de la belle aventure des Blues. Le fait est que sweeper une équipe St Louis, quand on connait la force collective qui a fait le succès de cette équipe, c’est un vrai exploit.

On a dit après la série face aux Canucks que la défense et Jo Quick étaient les raisons du succès des Kings. Or on avait oublié à quel point l’attaque des Kings pouvait être un vrai argument. Dustin Brown et Mike Richards avait été énormes face aux Nucks. Après cette série face aux Blues, on peut ajouter Anze Kopitar comme argument. Le centre slovaque gagne réellement ses galons de superstar dans ces séries. Il en impose énormément sur le plan physique. Il a réussi a utiliser son grand gabarit pour créer le danger presque à chacun de ses shifts dans la zone offensive. Kopitar est la vrai plaque tournante de la première ligne des Kings et il aura été déterminant dans le succès de son équipe face aux Blues.

Avec une attaque retrouvée, une défense toujours aussi imperméable et un Jonathan Quick toujours « sharp », on ne voit pas comment les Coyotes pourront arrêter les Kings qui pour énormément de monde sont « en mission » – c’est a dire voués à remporter la Stanley Cup.

Du côté des Coyotes, je crois que leur succès en 5 matchs face aux Predators a autant stupéfait les joueurs que les observateurs. Nashville faisait office depuis longtemps de prétendant à la coupe. Alors face aux Coyotes, beaucoup imaginaient voir les Preadators passer et s’en allé rejoindre les Kings en finale. Mais Phoenix en a décidé bien autrement.

Menés par un Mike Smith qui réalise une saison de rêve, Phoenix a su dégouter l’offensive de l’équipe du Tennessee. Je dois dire que j’avais relevé lors du dernier match de la saison régulière du Wild face à ces mêmes Coyotes la capacité de cette équipe à frustrer ses adversaires. Je me souviens que lors de ce match, les Wild avaient principalement dominés les débats mais qu’au final les Coyotes s’étaient imposés 4-1 en exploitant au maximum les moindre erreurs que l’on commettait.
De ce que j’ai vu de leur série face aux Predators, c’est exactement ce qu’ils ont réussis à faire pour soit gagner leurs matchs, soit pour revenir dans ceux où ils paraissaient un tantinet derrière. Phoenix est une équipe extrêmement frustrante à jouer, les Blackhawks vous en diront quelque chose (certains se reconnaîtrons 😀 ).

Après avoir gagné 8 de leurs 9 matchs de playoffs, je pense que les Kings vont avoir bien plus de fil à retordre que lors de leurs deux premiers tours. Même si collectivement les Kings risquent d’être au-dessus des Coyotes, se débarrasser de cette équipe devra mobiliser toute l’attention et tout le professionnalisme de l’effectif des Kings. Comptez sur Darryl Sutter, coach très expérimenté de cette équipe de Los Angeles, pour ne pas lâcher ses joueurs avec ça.

PrédictionLos Angeles en 6.

Stanley Cup Playoffs : Demi-finales – mes prédictions!

Avec un peu de retard, et je m’en excuse, voici mes prédictions pour ces demi-finales qui ont d’ores et déjà commencées pour 3 d’entre elles. Avant que tout ceci ne s’en aille trop loin, je trouve enfin quelques minutes pour vous faire parvenir mes prédictions. Je tiens à préciser que celle-ci n’ont nullement été changées au regard des matchs de vendredi et de samedi.
Le fait est que cette année, mes prédictions s’avèrent assez bonnes … comme quoi les traditions sont aussi faites pour être perdues :p. Avec sept bonnes prédictions sur huit, je ne m’en sort pas trop mal. Reste à améliorer les prédictions sur la longueur des séries où là je fais un zéro pointé! Anyway, tâchons d’être précis sur les équipes qui se qualifieront.

(#1) New York Rangers     VS.     Washington Capitals (#7)

C’est la revanche de la série de la saison dernière! Il y a un an, Rangers et Caps se rencontraient dès le premier tour des séries à l’Est dans une série des plus serrée et avec bien plus d’engagement que ce que l’on en attendait. Les Rangers montraient déjà leur visage d’équipe solide défensivement, ce qui a fait leur succès cette saison. Les Capitals étaient à cette époque littéralement irrésistible et sortaient d’une saison pleine. Cette année, les choses ont bien changées puisque les Rangers ont pris la place de leur adversaire de demi-finale au classement de la saison régulière. Côté Caps, après une saison régulière difficile, Ovie et ses coéquipiers sont en train de sauver leur saison avec cette qualification pour le second tour des séries.

Washington a été un tombeur assez surprenant des Bruins, champions en titre. Sur ce blog je vous annonçais une série très engagée sur le plan physique et très offensive. Pour le premier élément, je ne m’étais pas trompé, mais pour l’offensive ont a été bien déçu dans une série où finalement, contrairement à ce que j’en pensais, les gardiens ont volés la vedette aux attaquants. La révélation de cette ronde a été sans équivoques le jeune Braden Holtby, gardien des Capitals. Déjà impressionnant sur la fin de la saison régulière des Caps, le jeune gardien de seulement 22 ans a pris au pied levé la place d’un Thomas Vokoun blessé avec brio. Avec un pourcentage d’arrêts aux alentours des 93%, il est littéralement impressionnant dans ces playoffs.

Pour New York, les choses ont été bien plus complexes que prévu face aux Senators. Excès de confiance? Pas forcément! New York savait très bien à quoi s’attendre face à un 8ème qui n’avait rien à perdre. Ottawa fait parti des surprises de la saison notamment au regard de sa saison précédente où ils avaient terminé dans la cave de la conférence Est. Ce sera finalement au bout du match n°7 que New York décrochera son ticket pour le second tour des séries.
L’attaque des Rangers aura été largement frustrée dans cette série avec un Craig Anderson étonnamment performant dans les cages ontariennes. Hormis un très bon Brian Boyle, les attaquants new yorkais ont éprouvés les plus grandes peines du monde à débloquer le compteur but face aux Sens. Des gars comme Gaborik, Anisimov, Stepan, Fedotenko ou encore Dubinsky n’ont inscrit que 2 petits buts à eux tous! Ceci montre deux choses : cette attaque n’est clairement pas en confiance et surtout la profondeur offensive a semblée faire défaut dans cette série.

Maintenant, New York démarre une toute nouvelle série! Mais le fait est qu’en face de leur route se dresse un jeune gardien plein de culot qui enchaine les performances de haut-vol matchs après match. Ceci n’a pas de quoi redonner toute la confiance que l’attaque des Rangers a besoin. C’est une série qui peut s’avérée être complexe pour les Rangers s’ils continuent à être aussi peu productifs sur le plan offensif. Holtby et Lundqvist sont largement capable de voler des matchs à eux seuls. Ce sera clairement une série où la production offensive sera déterminante; d’où mon inquiétude pour ces Rangers là.

Si les Rangers veulent passer outre les Caps, leur rigueur défensive qui a été exceptionnelle tout au long de cette saison devra être sans faille.

Prédiction : Washington en 6.

(#5) Philadelphia Flyers     VS.     New Jersey Devils (#6)

C’est une série qui à coup sûr sent la poudre. Philadelphie et New Jersey sont deux rivaux historiques de la division atlantique où quasiment toute les équipes sont rivales. Philly fait office de favori face à de surprenants Devils qui après une saison cauchemardesque arrivent à se hisser cette saison en demi-finale de conférence. Jolie performance pour les hommes de Peter DeBoer.

Néanmoins pour moi Philly à l’avantage sur cette série. Les Devils ont montrés d’inquiétants signes de fatigue sur la fin de leur série face aux Panthers qui finalement aura durée 7 matchs. Avec seulement 48h de repos, les Devils pourraient être limites sur le match numéro 1, surtout quand on sait que les Flyers ont eu quand à eux plus d’une semaine pour récupérer de la série face aux Penguins et ont pue réparer les multiples bobos, notamment en défense.

Cette avantage en terme de fraicheur pourrait être malgré tout à double tranchant pour les Fly-boys! On vante certes les avantages physiques d’une coupure d’une semaine, mais en ce qui concerne les playoffs, ce genre de coupures a coûté cher à pas mal d’équipe. Les séries sont une période de la saison où une équipe marche uniquement à la confiance. Philadelphie a acquis énormément de confiance à la suite de sa qualification face aux Penguins. Un repos était certes nécessaires au regard des multiples blessés présent dans leur rang. Néanmoins, une semaine, c’est long pour garder ce que les américains appellent le « momentum » de leur côté. Les Flyers vont vite devoir se remettre dans le bain. Les deux premiers matchs à domicile pourrait leur permettre de regagner cette confiance qui a du en partie s’évaporer quelque peu.

Philly demeure favori pour moi car ils ont été bien plus impressionnant que les Devils sur leur premier tour. Surement que le fait d’éliminer un prétendant direct à la Stanley Cup a joué là dedans. Il n’empêche que je trouve cette équipe des Devils bien trop limite. Ses leaders de la saison régulière prennent du temps à retrouver leur verve dans les séries. Parise ne marque plus autant et Ilya Kovalchuck n’a comme match référence que le match n°6. New Jersey aura grandement besoin de ces individualités pour déjouer la défense pennsylvanienne.
Et puis avec un Claude Giroux qui vole depuis le début de la saison, il apparait assez difficile de ne pas voir en « G » le vrai facteur X qui pourrait faire basculer cette série en faveur des Flyers.

PrédictionFlyers en 5.

(#2) Saint-Louis Blues     VS.     Los Angeles Kings (#8)

Voila une affiche de demi-finale des plus surprenantes! Pas grand monde pouvait s’attendre à voir Blues et Kings se disputer une place en finale de la conférence Ouest. Mais les faits sont là et personne ne peut dire qu’une de ces deux équipes a volée sa place à ce niveau de la compétition.

Les Kings sont sans aucun doute la plus grande surprise des série. Cette équipe qui a été si moyenne, si frustrée offensivement durant la saison régulière est en train de trouver son salut en série grâce à une brigade défensive et un goaltending impressionnant. Jonathan Quick n’a pas volé sa nomination au trophée Vézina quand on voit ce qu’il a été capable de faire face à l’une des meilleures attaques de la ligue nationale, les Vancouver Canucks. Côté Blues, on s’appuie également sur le goaltending et la défense pour faire la différence dans cette série.

On le voit bien, ces deux équipes se ressembles énormément dans leur approche du jeu. Ce duel promet d’être intéressant et montrera quelle équipe est finalement la plus complète pour pouvoir se mesurer à la finale de la conférence Ouest. Personnellement je donne un petit avantage aux Kings dans cette série. Los Angeles a une bien meilleure profondeur offensive, ce qui pourrait faire une énorme différence. Le problème est que cette constatation n’est vrai que sur le papier. En réalité, l’offensive de Los Angeles a été bien décevante tout au long de la saison. Alors comment puis-je dire que les Kings ont une attaque bien plus profonde que celle de St Louis? Offensivement Los Angles a un potentiel énorme. Avec des joueurs comme Kopitar, Brown, Williams, Richards, Carter, on peut tout être sauf l’avant dernière meilleure attaque de la ligue. Pourtant c’est ce que Los Angeles a été cette saison.

Lors de la série facer aux Canucks, cette belle endormie s’est en partie réveillée. Des joueurs comme Dustin Brown ou Mike Richards ont été décisifs. Je m’attend donc à voir d’autres stars en faire de même face aux Blues. Attention néanmoins aux blessures de quelques uns et notamment de Jeff Carter qui joue ces séries avec une cheville douloureuse.

Prédiction : Los Angeles en 7.

(#3) Phoenix Coyotes     VS.     Nashville Predators (#4)

Voilà que les Coyotes accèdent pour la première fois de leur histoire dans le désert à un second tour en séries. Belle surprise que ces Coyotes qui vont rencontrer des Predators qui après les éliminations de Vancouver, Détroit, Pittsburgh et Boston font vraiment office de favoris à la succession des Bruins.

Nous voici encore avec une série où les gardiens seront déterminants dans son dénouement. Pekka Rinne a été parfait pour les Predators au court de la saison régulière et l’est encore durant les playoffs. Le grand portier finlandais y est pour largement dans la qualification des siens face aux expérimentés Red Wings. Pour les Coyotes, c’est une vrai révélation qu’est Mike Smith. Le gardien américain a éclaboussé la série face aux Blackhawks par son talent. Doté d’une confiance à toute épreuve il est capable de porter les Yotes sur ses épaules durant ces playoffs.

Plus globalement, je pense que Nashville a un avantage certains dans ces séries. Je ne veux pas utiliser les matchs qui se sont déroulés avant que je vous délivre mes prédictions, mais la maitrise du match numéro 1 par les Predators est un bon indicateur sur leur maitrise technique de cette série. Toute les cartes sont en main pour les Preds, à eux de les abattre correctement. Phoenix est une équipe capable de marquer et de piquer là où ça fait mal aux moments les plus opportuns.

PrédictionNashville en 6.

Stanley Cup Playoffs : Quarts de Finale Est – mes prédictions.

Ce qu’il y a d’amusant chaque année avec les playoffs, c’est de prédire l’issue de chacune des séries et quand ça commence dès les quarts de finale ça nous donne un paquet de séries à prédire. Tout passe à la loupe dans chacune des séries pour déterminer avec le plus d’informations possibles l’issue de chacune d’entre elles. Dans ce nouvel article, c’est ce que je vais essayé de faire. Mais si vous lisez ce blog depuis un petit moment, vous ne serez pas étonnés si ces prédictions s’avèrent fausses :p.

(#1) New York Rangers   VS.    Ottawa Senators (#8)

 Une affiche que peu de monde prévoyait en réalité! Les Senators étaient depuis un bon petit moment bien ancrés à la 7ème place de la conférence et s’apprêtaient à affronter leur rival de division, les Boston Bruins. Mais à la faveur d’un retour en trombe des Capitals pour se qualifier pour les séries et un petit coup de moins bien de leur part, les Senators sont descendus lors de la toute dernière journée de la ligue à la huitième place de la conférence Est.

Face eux donc le champion de la conférence Est – du moins pour la saison régulière – les Rangers de New York. La saison des Rangers a été magnifique. Ils ont réussi à tenir tête aux deux ogres de leur division, les Penguins et les Flyers. Pendant longtemps en tête de cette conférence, on a redouté un retour des Penguins sur le final. Néanmoins, la défaite des hommes de Dan Bylsma à une semaine de la fin de la saison régulière face aux Flyers a permis aux Rangers de garder la main et surtout de stopper la série de victoire des Penguins.

Pour se concentrer sur cette série, évidemment les Rangers partent largement favoris. Disposant d’une défense redoutable et d’un Henrik Lundqvist au sommet de son art cette saison, il sera difficile pour cette équipe d’Ottawa de passer la muraille de Broadway. Mais à défaut de disposer d’une défense aussi solide, les Senators peuvent se targuer des bonnes stats de son attaque en saison régulière (5ème à égalité avec les Canucks). Cette attaque des Senators a surtout était dynamisée par la saison exceptionnelle du jeune défenseur Erik Karlsson. Le suédois est même en course pour décrocher le trophée Norris, récompensant le meilleur défenseur de la saison. L’entrée dans ces séries d’Erik Karlsson conditionnera la dynamique des Senators. S’il s’avère aussi précieux dans la construction des phases offensives qu’en saison, la série pourrait bien s’éterniser.
Chez les Rangers, tout ce que l’on espère c’est que la solidité du groupe équipe soit toujours aussi intacte qu’en saison régulière. Cela passe par une défense toujours aussi énorme en ce qui concerne le blocage des tirs. Ceci pourrait bien frustrer l’attaque des Senators, le point fort de cette équipe. Derrière on espère disposer d’un Marian Gaborik en santé et surtout d’un Brad Richards montrant enfin toute l’étendue de son talent.

En ce qui concerne l’issue de la série, j’y vais avec les Rangers! Le Madison Square Garden est redevenu un fort quasi imprenable. Comparé à la saison dernière, c’est un virage à 180° pour les hommes de John Tortorella. Quant on connait l’importance de l’avantage de la glace dans les séries, cet élément n’est pas à négliger. De l’autre côté les Senators ont montrés toutes les peines du monde à s’imposer régulièrement à la Scottiabank Place.

Prédiction : New York Rangers en 5.

(#2) Boston Bruins    VS.    Washington Capitals (#7)

La saison dernière, cette affiche aurait été une finale de conférence avant l’heure. Oui mais voilà, les Caps ont connus une saison bien difficile. Cela faisait longtemps que ça ne leur était pas arrivé, sans doute depuis l’arrivée d’Alex Ovechkin. Bruce Boudreau a été prié de quitter le navire à la fin du mois de Novembre et c’est l’inexpérimenté au niveau NHL Dale Hunter qui a pris sa place. Même si l’effet Hunter ne s’est pas du tout fait sentir, il a quand même réussit à remonter ses troupes pour ne pas finir en dehors des 8 premières places et connaitre un vrai désastre.

Du côté de Boston la saison a été assez tranquille. Après un début de saison raté, les hommes de Claude Julien se sont parfaitement rattrapés et ont enchainés une série de 25 victoires, 4 défaites et une petite défaite après prolongation, tout ceci du début Novembre jusqu’à la mi-janvier. Le reste de la saison a été un peu plus timorée pour le champion en titre, à un tel point qu’Ottawa était parvenu à la mi-mars à leur passer devant et à prendre les rennes de la division nord-est. Mais Boston a su parfaitement réagir, mettre un dernier coup de collier pour finalement confirmer leur leadership dans cette division et s’en emparer pour la deuxième année consécutive.

En ce qui concerne les Caps, l’échec d’une grande partie de la saison est du aux multiples blessures, et notamment des joueurs clefs. Avec Nicklas Backstrom out et Mike Green out, difficile d’espérer connaitre une saison faste. Orphelin de tous ses lieutenants, « Alex the Great » a connu une saison extrêmement moyenne. Il faut également ajouter à cela la prise de poid notable de la star russe qui s’était vraiment transformé en vrai rockstar avec ses caprices. Certains pensent toujours que le congédiement de Bruce Boudreau à quelque chose à voir avec le Russe. Depuis, Ovie a perdu pas mal de livres et a recommencé à marquer lorsque son équipe avait besoin de lui.

Pour ce qui est de la série, Boston peut se targuer de son expérience : ils ont déjà empruntés la voie royale la saison dernière et ils peuvent bien le refaire cette saison. En ce qui concerne les Caps, la dynamique joue en leur faveur. Souvent, les équipes se qualifiant in-extremis pour les séries ont bénéficiaient lors du premier tour de la dynamique du push pour les dernières places pour les séries. Je vois un peu cette série comme cela. Ovie n’inspire plus autant de crainte de la part des autres équipes or c’est une belle erreur. Ovechkin c’est un peu comme une caldeira éteinte depuis des millions d’années et qui va forcément se réveiller et tout dévaster! Si Ovie se réveil bel et bien dès ce premier tour, les Bruins pourraient tomber de très très haut.
Pour ce qui est des gardiens, Timmy Thomas a connu quelques problèmes de performances ces derniers temps. Même si Tukka Rask a assuré un bel intérim, ce dernier n’a pas toute l’expérience souhaitée en série. De l’autre côté c’est un peu la même chose avec un Thomas Vokoun bien muet tout au long de la saison. Ne vous attendez pas à une série de gardiens! Cette série se jouera à coup sûr sur l’impact physique et l’offensive, bref une série bien débridée comme les aimes Ovie!

Prédiction : Washington Capitals en 6.

(#3) Florida Panthers     VS.    New Jersey Devils (#6)

C’est sans aucun doutes la série la moins sexy de ces quarts de finale! Les Panthers sont l’équipe surprise ou cendrillon de ces playoffs 2012. Après un été faste marqué par la signature d’une ribambelle de joueurs libres, le DG Dave Tallon a réussit à ramener cette équipe en  séries, soit 12 ans après leur dernière participation. Pour leur retour parmi la joute printanière, ils devront faire face aux Devils qui reviennent en série par la grande porte après avoir connu l’une des plus mauvaises saisons de la franchise l’année dernière.

Les Panthers sont l’équipe surprise mais également l’équipe qui suscite énormément d’interrogations.Pas forcément un bonne attaque, ni une défense remarquable, on a du mal à donner aux Cats un attribut. Cette équipe est une équipe bien moyenne qui a su profité du gouffre béant dans la division sud-est provoqué par la non-saison des Caps. Et même si l’on creuse plus loin, cette équipe n’a pas vraiment un point fort sur lequel se reposer; peut être le PP et encore … On le voit bien, à l’orée de renouer avec les séries, les Panthers n’ont vraiment aucune certitudes, ni leader sur lequel se reposer.

En face d’eux se présentes les très expérimentés Devils. New Jersey c’est une franchise phare de la fin des 90’s et du début des années 2000. Ayant remportés 3 Stanley Cup en l’espace de 8 ans, cette équipe a pendant longtemps été reconnue pour ses performances défensives impressionnantes. Seul rescapé de cette époque, Martin Brodeur, le gardien! Elue meilleur joueur de la dernière décennie, le gardien québécois n’a pas encore envie de partir à la retraite. Grand artisant des succès en séries de sa franchise, il va essayé de montrer une année de plus que même du haut de ses 39 ans il est encore capable de voler certains matchs.
Mis à part ça, New Jersey est une équipe beaucoup mieux structurée que l’année passée. Peter DeBoer, ancien head coach des Panthers, a réussit à apporter une nouvelle identité à cette équipe et un système de jeu qui leur convient. Là dedans, avec un Zach Parise enfin en santé, les Devils sont une équipe solide de la conférence Est. Egalement, la production offensive d’Ilya Kovalchuck commence enfin à exploser et son contrat juteux de la fin 2010 commence à porter ses fruits pour la franchise du New Jersey.

Florida a l’avantage de la glace, mais leur inexpérience criante en playoffs pourrait se payer rapidement cash. Ils affrontent l’une des franchises ayant participe le plus régulièrement aux séries dans la NHL. Difficile de prendre part surprise cette équipe de New Jersey. Personnellement je ne vois pas comment les Devils pourraient passer à côté d’une qualification. Tout résultat contraire serait un énorme échec quand on sait qu’ils auraient pu tomber face aux Bruins, aux Rangers, aux Penguins ou encore aux Flyers.

Prédiction : New Jersey Devils en 6.

(#4) Pittsburgh Penguins     VS.     Philadelphia Flyers (#5)

THE série de ce premier tour de playoffs! Une finale de conférence avant l’heure! Gare à la défaite pour l’une de ces deux formations car ça serait une énorme désillusion. Les Flyers et les Penguins, c’est la bataille de la Pennsylvanie. Deux équipes qui ne peuvent pas se supporter et qui aime se détester réciproquement. La tension est monté depuis désormais deux semaine et le match chaud bouillant entre ces deux formations qui a débouché sur une bagarre montre et un explication très très musclée entre les coachs de chacune des formations. Cette série – comme à chaque fois que ces franchises se rencontrent – sent d’ores et déjà la poudre!

Dans toute cette excitation, ce sont les Penguins qui partent favoris. Pittsburgh fait office de favoris depuis le retour de son capitaine, Sidney Crosby. Les Pens étaient déjà irrésistibles sans lui et menés par le russe Evgeny Malkin. Mais depuis que le « Kid » est de retour, Pittsburgh semble inarrêtable ! Ils disposent de tous les éléments nécessaires pour aller jusqu’au bout : un gardien d’expérience, une défense robuste, un PP effrayant, une profondeur d’effectif certaine et des stars capable de se sublimer sur certains matchs.

De l’autre côté, Paul Holmgren a réussi son pari de l’inter-saison. Ayant échangé Mike Richards et Jeff Carter, la saison des Flyers s’apprêtait à être plus complexe que prévue. Holmgren a décidé à ce moment là de construire son équipe pour l’avenir et surtout du faire du ménage dans son vestiaire qui véhiculait une mauvaise ambiance depuis la finale perdu de la Stanley Cup en 2010. L’arrivée des jeunes joueurs n’a pas encore payée mais ils ont montrés que toutes les bonnes choses que l’on pensait d’eux n’étaient pas une erreurs. Le leadership de cette équipe a été aussitôt transféré à des gars comme Chris Pronger, Kimmo Timonen et l’excellent Claude Giroux. Avec la blessure précoce de Prongs, ce sont Giroux et Timonen qui ont menés cette équipe, épaulés par la légende Jaromir Jagr.
Jagr il faut sans aucun doutes en parler lors de cette série. Ex-légende des Pens, les fans de ces derniers ont très mal vécus le retour du tchèque en NHL chez l’ennemi juré. A chacune de ses sortie dans le Consol Energy Center de Pittsburgh, Jagr a été copieusement conspué. La star tchèque a fait abstraction de tout cela. Il compte bien apporter son expérience très précieuse à cette jeune équipe des Flyers, lui qui a gagné deux fois la Coupe Stanley avec les Penguins.

La série devrait s’avérer extrêmement serrée. Finalement c’est le tirage le plus défavorable pour les Penguins. Même si historiquement ils s’en sortent plutôt pas mal face aux Flyers, il ont derrière leur dos pour débuter ces séries l’étiquette de grand favori. Peuvent-ils paraitre aussi dominant et assumer leur statut d’équipe à battre? C’est la grande question de cette série. Attention également à l’impact d’un gars comme Ilya Bryzgalov, le gardien des Flyers. Le russe a été très décrié après son arrivée à Philly, équipe connue pour collectionner les gardiens minables. Mais depuis la début Mars, Mr Universe – comme on le surnomme depuis la série 24/7 – montre pourquoi Paul Holmgren l’a payé si cher. IL se pourrait bien qu’il puisse dégouter les attaquants de Pittsburgh sur un ou deux matchs de cette série.

Au final je vois plus une grosse surprise se produire dans cette série. Pittsburgh est décrié dans la ligue et notamment depuis quelques jours après les épisodes Orpik/Stepan et notamment l’épisode Milbury et Berube. Pour la quasi-totalité des formations de la ligue, cette dernière essaye d’entourer cette formation d’une véritable bulle qui a pour effet de sanctionné immédiatement toute personne tentant de la percer. Le dernier en date à avoir subit les foudres de la ligue pour avoir voulu démolir un temps soit peu l’image idyllique des Pens est l’entraineur des Rangers, John Tortorella.

Prédiction : Philadelphia Flyers en 7.

Le reste de mes prédictions, pour la conférence Ouest, seront mises en ligne sur mon blog dès demain. Restez branché et surtout n’hésitez pas une seconde à dire que vous partagez ou que vous critiquez mes avis sur ces quarts de finale de la conférence Est. Pour cela rien de plus facile, cliquez sur le petit onglet commentaire présent en haut à droite de chaque article ;).

J-12 … New York Rangers 1994!

Le compte à rebours est lancé! Plus qu’une semaine entière avant la fin de la saison régulière samedi prochain avec en dernier match un détonnant San José Sharks vs. Los Angeles Kings qui pourrait avoir des intérêts multiples pour les deux équipes : place en playoffs et peut être même le titre de champion de la division pacifique.

A douze jour du mercredi 11 Avril qui verra le coup d’envoie des séries, on revient en 1994 et la victoire des Rangers de New York. On a tous encore en tête les commentaires de Sam Rosen, célèbre commentateur des Rangers : « The waiting is over! The New York Rangers are the Stanley Cup champions! This is unbelievable! ». En remportant une série au suspense sans précédent face aux Canucks de Vancouver qui étaient à un cheveux de décrocher la coupe, New York a réussi à l’emportée finalement 4 matchs à 3 dans un Madison Square Garden plein comme un oeuf et chavirant de bonheur à la fin du match. Cela faisait  54 ans que les Blueshirts n’avaient pas remis la main sur le Lord Stanley Award, depuis la saison 1939-1940!

Prédictions 2011 : #6 Est – New York Rangers

Suite de ma série de prédictions pour la saison à venir. Comme il d’habitude, on saute de conférence en conférence. Après la prédiction de la position #7 de la conférence Ouest promise aux Nashville Predators, on s’intéresse à la 6ème place de la conférence Est. J’ai pendant longtemps hésité entre deux équipes pour occuper cette place mais finalement j’ai décidé de pencher pour une équipe qui devrait terminer la saison aux alentours de cette 6ème place, les New York Rangers.

Pourquoi ai-je hésité sur cette prédiction? Beaucoup d’inconnues entoure les Rangers. Ces incertitudes sont plutôt liées au potentiel de ce club cette saison. Les qualités individuelles sont là mais pas mal de paramètres pourraient ne pas être aussi fort. C’est pourquoi je me laisse une bonne marge concernant cette équipe qui selon moi pourrait aller jusqu’à la 5ème place de cette conférence comme elle pourrait terminer à la 7ème ou encore 8ème comme ce fut le cas cette année.

Les Rangers ont connu un été sulfureux. La cause de cet engouement, la signature de l’agent libre Brad Richards le 1er Juillet dernier. Richards était depuis un bon petit moment dans les petits papiers de Glenn Sather, le directeur général des Rangers. Après l’échec de son transfert de Dallas au mois de mars dernier à la date limite des échanges, les Rangers s’étaient résolus à s’entendre avec lui dès le 1er Juillet, date à laquelle les joueurs dont le contrat expire deviennent agent libre. Les tractations étant déjà bien avancées depuis le mois de février, il n’a pas fallu longtemps à Brad Richards et à son agent pour s’entendre avec les Blue shirts.

Pour New York cette signature est importante. Depuis quelques temps, John Tortorella, coach des Rangers, était à la recherche d’un vrai play maker, un vrai centre capable de jouer sur le premier trio aux côté du joueur star de cette équipe, Marian Gaborik. Avec Brad Richards il y a fort à croire que les Rangers ont dénichés cette perle. Torts connait parfaitement le bonhomme : il a été son coach pendant 7 ans à Tampa Bay et surtout son premier mentor. La présence de Torts à NY n’est pas étrangère à la signature de Richards. Les deux hommes ont même remportés la Stanley Cup en 2004, année où Richards a été désigné MVP de ces playoffs.

Brad Richards arrive donc dans la Big Apple avec quelques certitudes, notamment concernant son coach. Ce n’est pas rien quand même! A New York il va retrouver une vrai place dans une franchise avec des réelles ambitions pour aller chercher la Cup. Néanmoins il reste une chose essentielle dans le hockey que Richards doit acquérir : une vrai chimie avec Gaby. Richards a avant tout été recruté pour délivrer le jeu autour de Gaborik. Une des conditions au succès de Richards dans cette équipe sera de trouver une vraie chimie avec l’attaquant Slovaque, ce qui n’est pas encore gagné. Pour le moment presque tous les centres que Gaborik a connu dans sa carrière NHL ont connus un semi-échec à ses côtés. Es-ce que Richards sera le premier à réussir face à ce challenge? C’est ce que l’on espère côté Rangers. Il faut également dire que Richards est vraiment le premier centre avec un tel bagage technique à jouer aux côtés de Gaborik.

A part Richards il y a quand même d’autres joueurs chez les Rangers :p. Parmi lesquels, Brandon Dubinsky et Ryan Callahan qui cet été ont vu leurs contrats prolongés. C’est également un temps fort de l’été des Rangers que de resigner ces deux jeunes joueurs ô combien important dans l’animation offensive. Derrière on demeure toujours dans l’expectative face à cette jeune défense. Brian McCabe acquis juste avant la trade deadline n’a pas été resigné par Sather, et les vrais joueurs d’expériences se font rare. Année après année il est certains que ces jeunes joueurs acquiert de l’expérience mais es-ce suffisant pour aller plus loin que les quarts de finale de conférence? J’en doute. Avec une attaque renforcée on espère voir une défense se rapprochant encore plus de son potentiel.

Mais avec un Lundqvist dans les cages cette défense s’équilibre. Le gardien suédois sort d’une saison pleine où il montre encore une fois qu’il fait partis des meilleurs gardiens de cette ligue. Il demeure le meilleur rampart de la défense des Rangers. L’an dernier, c’est en grande partie grâce à lui que New York a terminé à la 5ème place des meilleurs défenses de la ligue. Si Henrik demeure en santé cette saison, il y a fort à croire que la défense new yorkaise sera aussi forte cette saison.

L’avenir parait donc quand même glorieux pour les Rangers mais des zones d’ombres demeures encore et toujours, comme l’intégration de Brad Richards dans cet effectif. J’ose croire qu’avec Tortorella aux commandes ceci devrait se passer de la meilleures des façon. En tout cas je pense qu’à coup sûr il faut compter sur les Rangers cette saison pour les playoffs …

Les 5 joueurs à suivre à New York :

– Brad Richards

– Marian Gaborik

– Henrik Lundqvist

– Brandon Dubinsky

– Marc Staal