Les Maple Leafs enfin de retour sur de bons rails …

(photo : NHL.com)

Beaucoup de monde l’aura remarqué, les Toronto Maple Leafs réalisent un beau début de saison. Actuellement, les Leafs pointent à la 3ème place de la conférence Est et donc en tête de leur division nord est, pourtant bien compliquée. Depuis des années les Leafs sont abonnés aux bas fonds de la conférence Est. Ce début de saison est donc une belle bouffée d’air frai pour tous les fans des boys de l’Ontario. Es-ce une raison suffisante pour enfin espérer entrevoir le bout du tunel pour cette franchise? Je pense bien que oui.

Un peu d’histoire pour ceux qui n’étaient pas nés. Les Maple Leafs c’est le deuxième plus gros palmarès de la NHL derrière les intouchables Canadiens (et leur 24 Coupes Stanley). Le club de Toronto a amassé en ses 94 ans d’existence 13 Stanley Cup, dont la plupart dans les années 40 et 60. Mais depuis 1967 c’est le régime sec sur les bords du lac Ontario. Plus jamais la Coupe Stanley a crêchée dans la capitale économique du Canada. Quarante quatre ans d’attente pour une franchise des « Original Six » ça parait long. Alors en embrigadant Brian Burke en 2008, on espérait rompre avec cette bien longue série. Cette saison pourrait être le premier pas depuis bien longtemps vers le long chemin qui mène à la Stanley Cup. Mais la route est encore très longue.

Alors pourquoi les Leafs marchent-ils si bien en ce début de saison? Tout d’abord le groupe, en tant qu’entité, y est pour quelque chose. Pendant quelques années, Ron Wilson a du composer avec de nouveaux arrivants et surtout avec des joueurs partants. Tous les jeunes joueurs prometteur des années 2000 ont quittés Toronto. Je pense surtout ici à des joueurs comme Ian White, Carlo Colaiacovo, Nick Antropov, Kyle Wellwood… et j’en passe. Des cadres également sont partis après avoir résistés, s’accrochant à cette franchise. Je parle ici de Thomas Kaberle et de Brian McCabe, deux joueurs emblématique de cette franchise et des années Sundin.

Aujourd’hui Ron Wilson a un groupe stable; jeune certes mais stable. Il peut enfin construire quelque chose avec ces jeunes garçons. Toronto ne dispose peut être pas d’un ou deux joueur all star, mais cette franchise semble bien s’en accommoder. Pendant longtemps on a reproché à Brian Burke d’aller chercher des joueurs surcôtés, le plus grand exemple étant Phil Kessel. Le début de saison de Kessel semble enfin clouer le bec aux détracteurs. Toronto agit maintenant comme une équipe, un vrai groupe.

Pour vous parler de cette franchise je me suis basé sur le match d’hier soir entre les Leafs et les Flyers. Un match perdu 4-2 par les Maple Leafs, mais un match plein d’intensité où les deux franchises se sont rendus les coups, occasion sur occasion. Malgré la défaite Toronto n’a pas à rougir. Ils ont fait jeu égal avec les Flyers, équipe prétendante à la Stanley Cup. Ce qui m’a surpris chez les Leafs c’est leur qualité pour créer du jeu. Les passes sont propre, ça va vers l’avant et c’est rapide. Bref leur jeu comporte tous les éléments qui font les bonnes équipes. Il y a des tirs qui sont donnés à la cage adverse, un bon nombre, de quoi se créer de vrai occasions de marquer. Comme je l’ai dis un peu plus haut Phil Kessel est on fire. Il n’a pas forcément besoin de faire parler toute sa technique. Il est rapide, il est souvent bien placé et quand il tir ça a de bonnes chances d’aller au bout; un joueur au top de sa forme en somme.

Chez les gardiens ça tient la route. James Reimer continu sur sa lancée de la saison 2010/2011. Malgré une blessure contractée en fin de semaine dernière, la relève est là. Jonas Gustavson, que l’on avait presque oublié après l’avènement de Reimer, a prouvé hier soir qu’il mérite encore et toujours son surnom de « Monster ». Il réalise quelques beaux arrêts qui n’auront malheureusement pas suffit aux Leafs pour éviter la défaite.

De manière générale, dans cette jeune saison, les Leafs brillent par leur attaque qui produit énormément (26 buts en 8 matchs) et par leur solidité à domicile (4-0-1). Faire du Air Canada Center un bastion est une condition à un retour aux sommets de la NHL. Mais tant que cet esprit de jeu que j’ai vu contre les Flyers est présent, je pense que l’on peut valablement conter les les Maple Leafs comme prétendant à une place en playoffs. Alors peut être pas en tête de leur division car avec les Bruins et les Sabres dans leur division ça risque d’être extrêmement compliqué. Mais pour occuper la 3ème place pourquoi pas. Qui plus est avec la crise qui éclate du côté de Montréal, il se pourrait qu’il y ait un passage de témoin entre ces deux franchises rivales depuis des décennies.

La déroute des Canadiens est à mettre en relation avec le bon début de saison des Maple Leafs. Les deux équipes se sont rencontrées déjà deux fois ce mois (sur 7 confrontations en saison régulière) et ça s’est soldé par deux victoires pour Toronto. Sans ces deux victoires les Leafs croupiraient aux alentours de la 10ème place de la conférence Est. Montréal aura donc été un beau catalyseur pour cette équipe de Toronto qui en ce début de saison fait le plein de confiance.

Je n’aime pas trop spéculer trop prématurément, mais ce début de saison idéal pour Toronto pourrait bien leur servir de tremplin pour une saison moins morose que les précédente. En gagnant si tôt ils acquiert des certitudes et surtout de la confiance, au combien importante quand l’on va entrer dans le mois de décembre et que l’on sera de le milieu de cette saison, virage toujours difficile à négocier. Si Toronto est capable de maintenir la cadence jusque là et si leur qualité de jeu que l’on voit en ce moment est toujours présente, on pourra enfin les considérer comme une franchise sur laquelle on devra compter à nouveau.