Ice & Field en sommeil.

Le blog va passer dans une période de sommeil étant donné que je viens de m’associer dans l’aventure d’un nouveau blog communautaire. Vous pourrez donc continuer à me suivre au sein de ce nouveau blog. Son nom … : « Two Minutes For Checking »! Vous voici l’adresse et je vous conseil vivement d’y faire un tour et de vous abonner pour être tenu au courant de tout nouveau article une fois qu’ils sont publiés : http://twominutesforchecking.wordpress.com/

Ice & Field ne sera pas pour autant littéralement anéanti. Vous pourrez encore retrouver tous les articles que j’ai partagé avec vous à la même adresse.

Cette aventure a été vraiment spéciale pour moi. Elle aura durée presque 3 ans. Mais au final je me suis rendu compte qu’être seul pour tenir à jour un blog, c’est bien trop exigeant. J’espère que cette association vous permettra d’avoir un avis bien plus régulier sur le monde de la NHL.

Avant que j’oublie, vous pouvez suivre ce nouveau blog sur twitter sur le compte @2mn_for .

Pour vous quitter, je voudrai vous dire du fond du coeur merci à vous tous pour m’avoir lu :).

Ice & Field.

Trophées 2012 : la fièvre des prédictions m’a gagnée …

Oui je sais, vous allez commencer à vous dire, « il n’en a pas marre de nous saouler avec toutes ses prédictions? ». Je dois avouer que depuis quelques temps j’abuse. Mais l’époque se prête à ce genre d’extravagance (enfin si l’on peut appeler ça comme ça …). Aujourd’hui je vous promet que c’est la dernière prédiction que je fais de la saison, enfin je pense. Mais gagné par mes succès lors mes prédictions pour les séries, je pense que j’y ai pris goût :D.

Enfin bref, passons! Le sujet de cette prédiction porte sur les trophées NHL qui seront remis ce soir à Las Vegas. Bien évidemment les trophées qui nous intéresses ne porte pas sur les statistiques comme peuvent l’être le trophée du meilleur buteur ou du meilleur pointeur, par exemple. Non, les trophées bien plus subjectifs nous intéressent dans cette prédiction.

Voici comment je vois les choses aboutir ce soir :

Hart Trophy (Joueur le plus valable auprès de son équipes) : nommés : Evgeni Malkin – Henrik Lundqvist – Steven Stamkos.

D’entrée je dois que le trio des nominés de ce trophée m’a choqué! Y mettre un joueur qui n’a même pas permis à son équipe de se qualifier pour les séries, je trouve ça léger pour être nommé à ce trophée.

Mais de toute façon peu importe car pour moi personne n’empêchera « Geno » Malkin de décrocher ce trophée pour la première fois de sa carrière. En l’absence de Sidney Crosby, Malkin a pris les commandes de cette équipe de Pittsburgh malgré les blessures à répétition qui se sont abattues, une année de plus, sur cette équipe. De plus il est le seul joueur a avoir dépassé les 100pts (et aisément) cette saison, stat qui parle en sa faveur.

Outre ceci, je pense qu’il est légitime que Geno remporte cette année ce trophée. Il a toujours été jusque là dans l’ombre du Kid et lorsqu’il a fallu qu’il soit fort pour palier à l’absence du capitaine des Pens, et bien Malkin a été là et bien là. Je vous le rappel, les performances en séries n’interfèrent en rien dans les considérations de tous ces trophées qui sont remis en fonction des performances en saison régulière. Pour les séries, il y a le Conn Smythe Trophy.

Winner : Evgeni Malkin.

Vezina Trophy (Meilleur gardien de la saison régulière) : nommés : Henrik Lundqvist – Pekka Rinne – Jonathan Quick.

Ce trophée à coup sûr va faire des dégâts. Autant dire que pour moi chacun d’entre eux mériterait de remporter ce trophée tant leur saison respectives ont été superbe. Oui mais voila il nous en faut un. A ce petit jeu je vois bien Henrik Lundqvist rafler ce trophée. Les plus perspicaces ou observateurs d’entre vous auront remarqués que Lundqvist est nommé dans la catégorie du Hart et du Vézina. Comment pourrait-il passer à côté du Vézina alors qu’il est nommé pour le Hart?

Au regard des trois gardiens qui nous sont proposés, Lundqvist est vraiment celui qui a porté le plus sont équipe durant la saison régulière. Le classement va énormément joué à mon goût car entre King Henrik et Jo Quick, la marge est très mince à mon avis. Mais le gros de la saison de Quick a été atteint lors des séries. Je ne le vois pas décrocher cet award.

Winner : Henrik Lundqvist.

Ted Lindsay Trophy (Meilleur joueur d’après la NHLPA) : nommés : Evgeni Malkin – Steven Stamkos – Henrik Lundqvist.

On prend les mêmes et l’on recommence! Le feu trophée Lester B.Pearson récompense, d’après leurs paires, le meilleur joueur de l’année. Généralement, ce trophée de la PA suit celui de la NHL (le trophée Hart) lorsqu’un vainqueur se dégage facilement du lot. Cette année je vois les choses beaucoup plus serrées. Ainsi, le Ted Linsay devrait tomber dans d’autres mains que celles d’Evgeni Malkin.

Derrière lui, je pense que Lundqvist était mon favori pour le Hart. C’est pourquoi je le vois s’adjuger ce trophée qui n’a plus été remporté par un gardien depuis 1998 et le deuxième sacre de suite de Dominik Hasek.

WinnerHenrik Lundqvist.

James Norris Trophy (Meilleur défenseur de l’année) : nommés : Erik Karlsson – Zdeno Chara – Shea Weber.

Une chose set sûre, Nicklas Lidstrom ne pourra pas égaler le record des 8 Norris Trophy du grand Bobby Orr. D’une parce qu’il n’est pas nommé cette année dans cette catégorie, et de deux car il a tiré sa révérence il y a quelques jours. Reste à voir qui va succéder au grand suédois?

Mon favori, si vous lisez régulièrement ce blog, vous le connaissez, il s’agit d’Erik Karlsson. Le jeune suédois est le digne héritier de Lidstrom et quel plus belle récompense pour le jeune défenseur des Senators que de succéder directement à Lidas. Ses stats cette saison sont tout bonnement stratosphérique. Il a dominé tous les classement du scoring parmi les défenseurs avec le plus grand nombre de buts (19 buts) et de points (78 pts). Dans le reste du jeu, il a prouvé pour moi qu’il peut être un défenseur superstar dans cette ligue.

Cette saison a été la saison d’Erik Karlsson, ça ne fait aucun doute pour moi. Rien que pour cela, le jeune suédois décrochera ce soit le premier, et certainement pas le dernier, Norris Trophy de sa jeune carrière.

Winner : Erik Karlsson.

Jack Adams Trophy (Meilleur entraineur de la NHL) : nommés : Paul MacLean – John Tortorella – Ken Hitchcock

C’est un trophée important à mon goût car sans l’homme qui fait marché toute la belle mécanique d’une équipe, il n’y a pas de spectacle. Cette année, la tâche s’annonce ardue pour décerner ce trophée. Tous les trois ont eu des parcours bien différents mais au final ils méritent presque autant les uns que les autres ce trophée.

Pour moi tout se joue entre Torts et Hitch, malgré toute l’estime que j’ai pour le travail de Paul MacLean qui d’une équipe à laquelle on ne prédisait aucun avenir après la début avril est arrivé à redonner une raison de jouer à ses joueurs et de les amener jusqu’en séries. Celui qui a l’avantage pour moi, c’est Hitch. Il a eu sensiblement moins de temps que Tortorella pour faire sentir son impact sur son équipe. Avant son arrivée, les Blues se dirigeaient une nouvelle fois vers une saison blanche. Mais son arrivée a tout déclenchée. De cette équipe habituée au bas fonds de la conférence Ouest, Hitch en a fait une machine redoutable quasi-imbattable à domicile. Pensez donc, St Louis n’aura perdu que seulement 6 matchs cette saison au Scottrade Center.

Cette solidité et cet esprit combatif, c’est clairement le coach qui le véhicule. Rien que pour cela, Hitchcock mérite ce trophée cette saison.

Winner : Ken Hitchcock.

Bill Masterton Trophy (Joueur ayant fait preuve de qualités de persévérance et d’esprit d’équipe) : nommés : Joffrey Lupul – Max Pacioretty – Daniel Alfredsson.

Un trophée important qui récompense les amoureux de ce sport qui sont encore nombreux a prendre part à cette ligue. Ce trophée récompense des joueurs important pour leur effectif mais qui sont trop rarement sous les feux de la rampe.

Dans cette catégorie, je pense que c’est couru d’avance : le trophée ira à Daniel Alfredsson. Alfie est le joueur qui colle le plus à cet esprit de persévérance inhérent au trophée Bill Masterton. N’ayant jamais rien gagné de grand durant sa carrière en NHL, Alfie n’aura pas passé une saison sans se donné à 100% pour son maillot et pour son équipe de toujours, les Ottawa Senators. Cette saison, à 39 ans, Alfie a démontré une fois de plus au combien il aimait ce sport et au combien il est toujours précieux dans cette équipe des Senators.

Alfredsson fera un très beau lauréat pour ce Masterston Award; et 16 ans après avoir remporter le Calder Trophy, remporter le Bill Masterston Award serait la plus belle des manières de « clôturer » la carrière de ce grand bonhomme du hockey.

Winner : Daniel Alfredsson.

Frank J. Selke Trophy (attaquant ayant démontré le plus d’habilité défensive) : nommés : Patrice Bergeron – Pavel Datsyuk – David Backes.

Ce trophée est clairement destiné aux attaquants les plus complets. Bref ce n’est pas demain la veille que vous verrez un Kovalchuk, Semin ou autre Ovechkin gagner ce genre de trophée. De manière générale, ce trophée est quasiment la propriété exclusive de Pavel Datsyuk.

Pour moi, David Backes est le joueur ayant le plus excelés d’entre les trois sur les tâches défensives cette saison. Le capitaine des Blues n’est pas un attaquant à la gâchette redoutable, mais dans les mêlés et surtout dans sa propre zone, il ne rechigne pas à la sale besogne. Il se bat constamment. Il a été cette année le meilleur two-way-forward de la ligue.

Winner : David Backes.

Lady Byng Award (joueurs ayant eu le meilleur esprit sportif tout en conservant des performances remarquables) : nommés : Brian Campbell – Jordan Eberle – Matt Moulson.

Bon là je dois vous l’avouer, je suis un peu perdu. Je n’ai que très peu suivi ces trois joueurs cette saison. Ainsi je vais être assez avare d’argumentation sur ce trophée ci. Je vais un peu y aller au feeling. Quand Martin St Louis gagnait ce trophée année après année, personne ne faisait de chichis pour dire qu’il le méritait. Cette saison c’est très ouvert au regard des nommés.

Juste un chose, ça serait assez énorme que Matthew Perry, acteur mondialement connu pour son rôle de « Chandler » dans Friends, ait les honneurs de présenter ce trophée. Quoi? Vous n’avez pas compris la blague … c’est pas grave je m’adresse aux initiés :D!

WinnerJordan Eberle.

Calder Trophy (Meilleur rookie de la saison) : nommés : Gabriel Landeskog – Ryan Nugent-Hopkins – Adam Henrique.

Voilà un trophée qu’il est intéressant! Le meilleur rookie, c’est toujours l’occasion de récompenser un joueur qui à coup deviendra une grande star au sein de la NHL. Enfin par moment ça peut louper. Rappelez vous d’un certains lauréat 2009 qui depuis a bien mal tourné … (ndlr : Steve Mason).

Ca se joue entre Landeskog et RNH cette histoire. Du fait de ses blessures à répétition en fin de saison, RNH a pris du retard sur Landeskog, lequel en a profité pour enfiler les perles avec les Avalanches. Il a déjà été important avec les Avs et il a déjà gagné sa place en tant qu’attaquant de top 6. Même si intrinsèquement, le talent de RNH est largement supérieur, sur la saison Landeskog est devant.

Winner : Gabriel Landeskog.

GM of the Year ( Manager Général de l’année) : nommés : Dave Tallon – David Poile – Doug Armstrong.

Beaucoup s’étonnent de ne pas Paul Holmgren, le big boss des Flyers, dans cette short list. Grand artisans du virage à 180° des Flyers à l’intersaison, il a en partie réussit son pari en échangeant Jeff Carter et Mike Richards, et en confiant les clefs de la boutique à Claude Giroux.

Sur les trois qui nous sont proposés, je dois dire que j’ai un faible pour Dave Tallon qui prouve une nouvelle fois qu’il est un putin de manager. C’est lui l’artisans de l’équipe des Blackhawks championne en 2010. Il a amené à Chi’town tous les Keith, Toews, Kane, Seabrook et Crawford grâce à ses drafts judicieuses. Désormais il a pris les clefs du camion des Panthers en Floride. Dès son arrivée, il a effectué un vrai ménage de printemps et a embauché pas moins de 11 agents libre au 1er Juillet 2011. Au final, les Panthers sont revenus après 12 ans de disette en série cette année en s’adjugeant, permettez du peu, le titre de champion de la division sud-est, détenu depuis des lustres par les Capitals de Washington.

Rien que pour cela, Dave Tallon a tout mon respect et il sera très justement récompensé par ce trophée de meilleur DG de l’année.

Winner : Dave Tallon.

Draft 2012 : Ice & Field vous livre sa Mock Draft!

A tout juste trois jours du premier tour de cette draft 2012, partout sur les sites plus ou moins spécialisés sur le monde de la NHL, fleurissent ce que l’on appel communément des « mock draft », entendez par là des prédictions sur qui repêchera quoi dès le premier tour, vendredi soir au Consol Energy Center de Pittsburgh. N’étant pas habituellement coutumier du fait, j’ai décidé de m’y attaquer cette année. Au départ, j’étais parti pour vous livrer mon top 10 mais poussé par mes plus fervents abonnés sur twitter, je me suis attelé à faire une mock draft complète, couvrant tout le premier tour de vendredi.

Alors je ne prétend pas avoir tout juste, loin de là. En réalité, passé les tête d’affiche je ne connaissais pas ou peu les reste des joueurs que l’on attend à être appelé sur la scène du « CEC  » vendredi prochain. Ainsi je me suis attelé à déterminer les besoins de chacune des équipes en fonction de leur rang de repêchage. Bref, cette mock draft a plus la prétention de déterminer l’ordre du premier tour de draft que de classer les différents prospects s’y présentants.

Cesse de bla-bla, voici ma première mock draft dont j’espère qu’elle ne va pas tournée au ridicule … :s :

1 –   Edmonton OilersNail Yakupov, RW (Sarnia, OHL)

En réalité Edmonton aurait largement plus besoin d’un défenseur capable de devenir un défenseur de premier trio de talent. Ryan Murray colle parfaitement à cette étiquette et en ce qui concerne le premier overall il est bien plus proche de Yakupov que l’on ne veut nous le faire penser. Mais le problème pour Edmonton c’est clairement leur GM, Steve Tambellini. Si Tambellini drafte Murray il remontera dans mon estime, s’il s’en va avec Yakupov, certes ce sera un très bon choix, mais il confirmera l’impression que j’ai de lui : il ne refera pas ce que Shero a fait avec Pittsburgh car il n’a pas le talent de Shero. Edmonton a besoin de défenseurs mais s’ils gardent leur premier tour, il s’en iront drafter Yakupov.

2 –   Columbus Blue Jackets : Filip Forsberg , LW (Leksand, SEL)

Alors vous me direz que Columbus ira chercher Ryan Murray. C’est possible mais je vois plus Scott Howson repêcher un attaquant et qui plus est un attaquant gauche, poste où les Blue Jackets ont un manque criant de talent. Ca tombe bien pour eux car Filip Forsberg a de grandes chances de devenir un ailier gauche de premier plan dans la ligue nationale. Attention, aucun lien de parenté entre ce Forsberg et le grand Peter « Foppa » Forsberg 😉

3 –   Montréal Canadiens : Alex Galchenyuk, C (Sarnia, OHL)

Question défense, Montréal a une profondeur certaine. Après avoir repêché Nathan Beaulieu l’année dernière, Marc Bergevin voudra pour sa première draft en tant que DG amener de l’offensive et de la jeunesse dans ce secteur du jeu où les Canadiens en ont vraiment besoin. Alex Galchenyuk colle parfaitement avec ce que le CH recherche. Qui plus est il a des bases en français … c’est par ici que l’on signe!

4 –   New York Islanders : Ryan Murray, D (Everett, WHL)

La chance des Islanders est clairement ici. Je ne vois pas comment ils pourraient passer à côté de Ryan Murray si ce dernier tombe, comme je le prévois, à la 4ème place de la draft. Les Isles ont grandement besoin de jeune talent défensif et Ryan Murray est le meilleur défenseur disponible dans cette draft. Sa sélection ne fait aucun doute s’il est disponible pour les Islanders. Le scénario d’Adam Larsson la saison dernière se répèterait ici.

5 –   Toronto Maple Leafs : Mikhaïl Grigorenko, C (Québec, LHJMQ)

Pour pas mal de spécialistes, Grigorenko devrait perdre des rangs dans cette draft. Originellement classés parmi les 3 premiers au début de la saison 2011/2012, « Grigo » a perdu petit à petit des rangs à la suite d’une blessure mais surtout à cause d’une mononucléose contractée durant les playoffs de la LHJMQ. Son talent est implacable mais il n’en demeure pas moins un joueur russe et pour pas mal de manager général cela représente un risque dans le fait qu’un joueur russe peut d’un jour à l’autre avoir la nostalgie du pays et signer avec une équipe de KHL. Néanmoins, Grigorenko certifie qu’il souhaite jouer en NHL. Pour se faire il a arboré un T-shirt frappé de la feuille d’érable canadienne durant les tests physique organisés par la ligue il y a deux semaines à Toronto. Dans cette saga Grigorenko, je pense que Brian Burke est le seul GM capable de le sélectionner si haut et de tenter le drop avec ce joueur. Qui plus est, il est exactement ce qu’il manque aux Maple Leafs : de la taille, du scoring et du physique. Il combine les 3 qualités à lui seul.

6 –   Anaheim Ducks : Griffin Reinhart, D (Edmonton, WHL)

Avec le refus de Justin Schultz de s’engager chez les Ducks, ces derniers vont avoir besoin d’un prospect de grand talent pour leur escouade défensive. Ca tombe bien, cette draft leur offre un choix inespéré de jeunes défenseurs. A ce jeu je vois bien Anaheim repêcher Griffin Reinhart qui a pris du galons dans les dernières encablures de la saison de WHL et qui a pris part aux séries de la Mémorial Cup avec les Oil Kings d’Edmonton. Qui plus est il apportera aux Ducks le meilleur physique disponible parmi les défenseurs disponibles à cette draft.

7 –   Minnesota Wild : Mathew Dumba, D (Red Deer, WHL)

Une chose set sûre : le Wild a grandement besoin d’un défenseur et surtout d’un jeune défenseur très physique. Mathew Dumba est clairement le prospect qu’il leur faut. Même si Chuck Fletcher prétend qu’il draftera le meilleur joueur disponible à la 7ème place de cette draft, je suis persuadé que le Wild repêchera un défenseur. Après avoir drafté Jonas Brodin l’année dernière, cette saison Minnesota se tournera vers un défenseur plus axé sur le plan physique. Dumba est avant tout physique mais présente de très belles stats sur le plan offensif : 20 buts et 57 assists avec Red Deer. Autant dire qu’il contribuera également au scoring des Wild qui est toujours en berne.

8 –   Carolina Hurricanes : Tuevo Teravainen, LW (Jokerit, FIN)

Les Hurricanes ont besoin d’un ailier, que ce soit à droite ou à gauche. A leur position, je pense qu’il n’en restera qu’un seul : Tuevo Teravainen! La plupart des observateurs disent énormément de bien de ce jeune finlandais. Il a une intelligence de jeu hors norme qui en fait un joueur très intéressant. Qui plus est il semble dégager un calme comme nul autre pareil, surtout quand le match se tend. Avec Jussi Jokinen dans leur line-up, j’estime que Teravainen sera repêcher par les « Canes ».

9 –   Winnipeg Jets : Morgan Rielly, D (Moose Jaw, WHL)

Même si Winnipeg aurait plus besoin d’un attaquant droit, il leur sera difficile d’aller chercher un tel attaquant et passer à côté de la myriade de défenseurs qui seront à leur portée au 9ème overall. C’est pourquoi je pense que les Jets repêcheront un défenseur et qui plus est un défenseur orienté vers l’offensive, secteur du jeu dans lequel ils ont pêchés durant toute la saison dernière. Avec Bogosian et Byfulglien, les Jets ont suffisamment de talent sur le plan physique. C’est pourquoi Morgan Rielly, probablement l’un des meilleurs défenseurs offensifs de cette draft, est le joueur dont ils ont besoin. Il dispose d’un jeu qui rappel à beaucoup celui de Duncan Keith, le défenseur des Blackhawks. Très bon patineur, avec une vision de jeu excellente, il est précisément ce qu’il faut pour les Jets.

10 –   Tampa Bay Lightning : Jacob Trouba, D (USNTDP)

Tampa Bay est une équipe qui a clairement besoin de défenseur et cette draft est vraiment salvatrice pour eux. Je pense que Yzerman lui aussi draftera un défenseur et notamment un avec une tendance de jeu offensive. Derrière Morgan Rielly, le meilleure défenseur dans ce secteur de jeu demeure Jacob Trouba. Je ne serai pas surpris que Winnipeg le sélectionne à la place de Rielly. Mais cette pré-disposition offensive n’est pas le seul talent de Trouba. Ce joueur est également capable d’avoir un réel impact physique et il n’hésitera pas à faire tomber les gants quand il le faudra.

11 –   Washington Capitals (from COL) : Radek Faksa, C (Kitchener, OHL)

Washington a un besoin réel de prospect et le fait d’avoir deux premiers tour de draft cette saison va aider George MacPhee à réalimenter son moteur à rookies. Outre ce 11ème overall, les Caps disposent du 16ème overall, leur tour de draft originel. Il faut donc considérer ce 11ème tour en fonction du 16ème. Les Caps ont autant besoin de centre que de défenseur. A la vue du développement de cette mock draft, je vois plus les Caps récupérer un centre à cette 11ème position étant donné que Buffalo et Dallas, situés juste derrière, ont eux cruellement besoin d’un joueur de centre. C’est pourquoi je vois les Caps repêcher Radek Faksa, le meilleure centre disponible à cette hauteur de la draft.

12 –   Buffalo Sabres : Zemgus Girgensons, C (Dubuque, USHL)

Comme je l’ai dis lors de la description du choix pour les Capitals, Buffalo a besoin de jeunes joueurs de centre. Etant donné que Radek Faksa a été sélectionné par Washington, je vois les Sabres se replier sur le jeune Zemgus Girgensons. C’est un joueur de centre difficile à bouger et qui dispose de qualités techniques indéniables. Avec Cory Hogson, ça promet une équipe des Sabres très physique à jouer de par le futur.

13 –   Dallas Stars : Olli Maatta, D (London, OHL)

Dallas a besoin d’un jeune joueur de centre, mais après les deux derniers repêchages, il leur sera difficile de faire l’impasses sur certains joueurs tout cela pour aller chercher un centre. Je pense que Joe Neuwiendyk attendra plutôt la saison prochaine pour repêcher un jeune centre. En attendant, son choix devrait se tourner vers le meilleure défenseur disponible, Olli Maata.

14 –   Calgary Flames : Cody Ceci, D (Ottawa, OHL)

L’un des besoins principal des Flames est d’acquérir un défenseur offensif. Cody Ceci colle parfaitement à cette description. Pendant longtemps il a fait parti du top 10. Cette sélection au 14ème rang ne veut pas dire que son talent a diminué. Calgary récupèrera en Ceci un jeune joueur qui sort d’une superbe saison avec son équipe d’Ottawa où il a amassé 17 buts et 60 pts. Bref, le joueur capable d’avoir un réel impact offensif que Calgary recherche!

15 –   Ottawa Senators : Hampus Lindholm, D (Rogle Jr., SEL)

Après avoir repêché Zibanejad et Puempel l’année dernière, les Senators se doivent de drafter un défenseur. Craig Button, analyste chez TSN, dit le plus grand bien de ce jeune Lindholm qui débarque de l’exigeante ligue suédoise. Après avoir drafté Erik Karlsson, je vois bien les Sens continuer dans la filière suédoise en ce qui concerne leur défense.

16 –   Washington Capitals : Slater Koekkoek, D (Peterborough, OHL)

Si vous avez du mal à prononcer le nom de ce joueur c’est normal. Ca se prononce « Kouk-Kouk » et c’est certainement le nom le plus fun de cette draft. Mais outre son nom, Slater Koekkoek dispose de vrai qualités défensives. Comme je l’ai dis auparavant, les Caps ont besoin d’attaque et de défense. Arrivé à ce 16ème choix du premier tour, Koekkoek demeure le meilleur défenseur disponible pour les Capitals.

17 –   San José Sharks : Thomas Wilson, RW (Plymouth, OHL)

Les Sharks ont un besoin criant d’attaquant droit. Pour moi il oseront passer outre certains autre joueur étant mieux classés que Wilson pour repêcher cet attaquant droit très axé sur la partie physique du jeu offensif. Ca tombe bien car niveau physique, les prospects des Sharks, depuis le départ de Charlie Coyle, n’en n’ont pas énormément.

18 –   Chicago Blackhawks : Malcolm Subban, G (Belleville, OHL)

Subban sera pour moi le premier gardien à être repêché lors de cette draft. Il est le petit frère de P.K, le turbulent défenseur du Canadiens de Montréal. Les Hawks auront besoin d’un jeune gardien après le départ du jeune Salak. Subban et Vasilevski sont les deux meilleures gardiens de cette draft et leur talent se vaut. Néanmoins, Vasilevski demeure un joueur russe et le risque de le voir quitter pour la KHL plus tard dans sa carrière pourrait pousser les Hawks à choisir Subban plutôt que le russe.

19 –   Tampa Bay Lightning : Andrei Vasilevski, G (UFA-2, Russie-Jr)

Ainsi, ce sera aux Lightning de s’adjoindre les services du jeune Vasilevski qui a impressionné bien du monde lors du dernier championnat du monde junior. Tampa, même après avoir acquis Lindback après un échange avec les Predators, a besoin d’un jeune gardien avec un gros potentiel. Vasilevski leur offre cette possibilité …

20 –   Philadelphia Flyers : Brendan Gaunce, C (Belleville, OHL)

Philly a toujours été une organisation très efficace dans la formation de jeunes joueurs de centre. Derrière Braydon Schenn, la profondeur à ce poste des Flyers est assez douteuse. Gaunce colle parfaite, de par son jeu, à la philosophie de jeu des Flyers. C’est pour cela que je vois Paul Holmgren repêcher le joueur de Belleville auteur de 28 buts et 68 pts cette saison en OHL.

21 –   Buffalo Sabres : Derrick Pouliot, D (Portland, WHL)

Buffalo saisira à mon avis l’occasion d’améliorer encore plus son potentiel défensif en draftant un nouveau défenseur. La question est de savoir vers quel type de défenseur les Sabres s’orienteront? Je pense qu’un défenseur de la trempe de Derrick Pouliot peut être un bon ajout pour les Sabres. Très à l’aise dans la vision du jeu, il est surtout capable de déclencher les occasions décisives.

22 –   Pittsburgh Penguins : Tomas Hertl, C (Slavia Prague, CZE)

Pittsburgh n’a pas une grande histoire avec les jeunes joueurs tchèques … sauf un certains Jaromir Jagr. Mais il est clair quand on regarde la review des jeunes joueurs de l’organisation des Pens, c’est clairement au centre que Shero a besoin d’améliorer son effectif. A la 22ème place, le meilleur joueur disponible pour Pittsburgh sera Tomas Hertl. Il est le dernier bon centre disponible à cette draft et il finira très certainement à Pittsburgh.

23 –   Florida Panthers : Matthew Finn, D (Guelph, OHL)

Ces dernières années, les Panthers se sont concoctés une vrai génération de jeunes joueurs prometteurs. Presque tous les postes dispose de leur futur leader. Ainsi je vois Dave Tallon essayé d’augmenter la nombre de ses prospects sur le poste de défenseurs faute de disposer d’un futur leader à ce poste ci. Matthew Finn remplira parfaitement ce rôle.

24 –   Boston Bruins : Stefan Matteau, C (USNTDP)

Voici qu’arrive Stefan Matteau, fils! Nom très connu de par son père, célèbre héros lors de la finale de conférence en 1994 avec les Rangers, son fils est en proie à un futur beaucoup plus brillant que celui de son père. Joueur travailleur et physique, je le vois bien être repêché par les Bruins, équipe qui lui scierait parfaitement.

25 –   Saint-Louis Blues : Brady Skeji, D (USNTDP)

St Louis a prouvé cette année que son programme de développement de jeunes joueurs est efficace. La révélation d’un joueur comme Pietrangelo le prouve. Pour eux, le mieux est de sélectionner un attaquant gauche, poste où il n’ont aucun prospect avec un futur durable en NHL. Néanmoins, sur le plan défensif, un défenseur de plus ne serait pas du luxe. Brady Skeji, excellent joueur de taille, sera un très bon choix pour eux.

26 –   Vancouver Canucks : Tanner Pearson, LW (Barrie, OHL)

En manque de joueurs de qualité sur ce poste d’attaquant gauche, je vois Vancouver prendre le risque d’y aller avec le jeune Pearson qui a inscrit 37 buts et 91 pts lors de sa dernière saison dans la très exigente OHL. Il se peut bien que je surestime la cote de ce jeune joueur auprès des DG. Son skating qui apparemment est assez spécial pourrait en refroidir certains.

27 –   Phoenix Coyotes : Colton Sissons, RW (Kelowna, WHL)

Phoenix a un besoin de jeunes ailiers et surtout d’ailiers avec un certains apport offensif. Dans ces critères là, Colton Sissons est le meilleur joueur disponible pour eux. Capitaine à Kelowna, il pourrait apporter dans le futur un leadership qui va devenir une vrai question dans cet effectif des Yotes.

28 –   New York Rangers : Michael Matheson, D (Dubuque, USHL)

Les Rangers ont beaucoup souffert des blessures de leurs défenseurs en début de saison. Sather voudra ajouter dans la profondeur dans ce secteur de jeu, surtout quand on connait le système de jeu « sacrifice » de John Tortorella en ce qui concerne les défenseurs. Dans cette recherche, Matheson est le meilleur défenseur disponible pour Sather.

29 –   New Jersey Devils : Scott Laughton, C (Oshawa, OHL)

Beaucoup s’interroge sur ce que va faire Lou Lamoriello avec ce tour de draft qui a failli leur être retiré en raisons de la transgression de règles NHL sur la signature du contrat d’Ilya Kovalchuck l’été dernier. Mais New Jersey ira bel et bien repêcher avec son premier tour cette année. Le poste ou NJ a besoin d’un prospect, c’est bien le centre. Laughton est un vrai compétiteur qui ‘ajoutera à un poste où les Devils n’ont que 2 prospects … Ca ne sera pas un luxe pour Lou que de drafter un centre.

30 –   Los Angeles Kings : Henrik Samuelsson, RW (Edmonton, WHL)

Le champion en titre a presque ou pas de réel besoin. Néanmoins il faut bien que Dean Lombardi fasse une décision avec ce premier tour.  Ainsi LA pourrait se laisser tenter par un ailier. On dit le plus grand bien du jeune Henrik Samuelsson. C’est un jeune joueur qui n’a pas peur de se frotter physiquement à ses adversaires. Sa taille pourrait être un parfait ajout pour l’attaque des Kings dans le futur.

Voilà cette « Mock Draft » est terminée. Comme je l’ai dis au début, je ne prétend pas avoir tout juste. Déjà si je trouve la plupart des joueurs qui sortiront lors de ce premier tour, ça ne sera pas mal. Mais surtout, cette mock draft est conditionnée par tout échange pouvant intervenir au cours de cette draft. Etant donné que chaque année il y en a eu quelques un, cette mock draft pourrait assez facilement bouger dès lors qu’un domino tomberait. Comme je l’ai expliqué dans chacun de mes choix, ils sont motivés par les besoins de chacune de ces équipes.

En espérant avoir la même verve que lors de mes prédiction lors des playoffs 😀 …

La mascarade Phoenix a-t-elle atteint son paroxysme?

Cela fait un petit moment que je ne vous ai pas parlé du dossier « Phoenix Coyotes » sur ce blog. En l’occurrence, ça doit bien faire un an depuis les rumeurs insistantes de leur déménagement vers Winnipeg. La fin tout le monde la connait puisque les Coyotes ont fini par demeurer une année de plus dans le désert après des mansuétudes anormalement élevées accordées par la ligue. La situation n’ayant pas changée sur le front financier et s’étant même aggravée, toute personne sensée aurait parié sur un déménagement très probable de cette équipe vouée au néant. Mais on été loin de nos surprises! Tout porte à croire qu’au final cette équipe va être sauvée et que les Coyotes existeront pour les vingt années à venir … Retour sur le vote du conseil municipal de la ville de Glendale qui risque de plonger cette ville et la NHL dans les eaux profondes.

Personne n’y croyait à l’issue du vote du conseil municipal de Glendale, mais les faits sont là : avec quatre voix contre deux, le conseil municipal a entériné l’entente conclue entre la ville et l’acheteur potentiel des Coyotes, Greg Jamison. Cette entente concernait essentiellement la question de la gestion de la Jobing.com Arena, antre des Yotes. Ainsi, la ville de Glendale est tombée d’accord avec Jamison pour débourser un peu plus de 15M$ chaque année en faveur de ce dernier au titre de la gestion de ladite arena. Cette entente ne conclue rien du tout en ce qui concerne la vente de la franchise proprement dite, mais elle donne « carte blanche » la ligue nationale pour négocier avec l’investisseur américain. Quand on connait le manque de discernement de Gary Bettman en ce qui concerne le dossier des Coyotes, tout ceci fait craindre le pire pour la ligue elle même!

Néanmoins, tout est loin d’être conclu! Sur cette entente proprement dite qui a été voté jeudi dernier, il demeure encore et toujours le garde fou du Goldwater Institute. Pour vous rafraichir un temps soit peu la mémoire, cette organisation d’origine privée est constituée en vue de protéger les intérêts des divers contribuables de l’état de l’Arizona. Ayant déjà fait planer le spectre du recours judiciaire concernant la vente des Coyotes à Matt Hulsizer l’année dernière, il y a fort à parier que cette année, avec cette entente, il y aura recours judiciaire. Le Goldwater Institute avait déjà intenté une action en justice concernant la tenue de ce vote. Le tribunal de Phoenix leur a donné tord sur la tenue de ce vote; néanmoins le juge lui même a fait remarquer qu’en cas d’attaque sur l’entente survenue entre Jamison et les Coyotes, il y avait fort à croire que cette dernière serait judiciairement cassée.

Mais pas plus tard que mardi, le Goldwater Institute a officiellement déposé un recours auprès du tribunal d’Arizona sur le vote du conseil municipal de la ville de Glendale. On devrait savoir assez rapidement si effectivement, l’entente survenue jeudi 8 juin sera annulée par ledit tribunal. Dans ce cas ce serait un gros revers pour Gary Bettman qui n’a pas besoin de cela avant d’aller s’asseoir à la table des négociations avec la NHLPA concernant la future convention collective de la ligue. En effet, un nouvel échec dans cette saga Phoenix affaiblirai encore plus sa position.

La future convention, parlons-en dans cette histoire. Si l’affaire n’est pas réglée et surtout si le tribunal arrive à annuler l’entente consentie par le conseil municipal de la ville de Glendale, Donald Fehr, représentant du syndicat des joueurs, exigera des réponses claires de la part de Gary Bettman, chose qu’il n’a pas fait depuis 2009 et la banqueroute des Coyotes. Fehr peut tout a fait forcer la main de Bettman sur ce dossier en l’incitant à abandonner ce combat perdu d’avance. Le risque serait de braquer Bettman et d’augmenter les risques d’un nouveau lock-out. Ceci serait le pire des scénarios. Mais cette opinion je pense que Donald Fehr n’est pas le seul à la partager …

Quand bien même l’entente serait déclarer tout a fait légale par le tribunal de l’Arizona, il reste à la ligue de conclure effectivement la vente avec Jamison. Or les dernières infos sur le dossier démontrent que Jamison ne disposerait pas des 170M$ nécessaires à l’achat de la franchise. Lui prétend bien évidemment le contraire, mais si ça s’avère vrai cela prouve combien tout ce manège n’est en réalité qu’une énorme mascarade. Bettman vendrait cette franchise au rabais et l’acheteur potentiel ne trouverai même pas deux ou trois pigeons capables d’investir dans ce club? … Dois-je rappeler qu’une étude récente a prouvée que dans le cadre du contrat de 20 ans signé entre Glendale et Jamison, dans l’hypothèses complètement ubuesque où les Coyotes remporteraient pendant 20 années de suite la Stanley Cup, la franchise perdrait quand même 9M$ chaque saison. Tout ceci n’a aucun sens!

Selon toute vraisemblance, les Coyotes n’ont plus aucun avenir dans le désert. Mais voilà Gary Bettman a soit de très larges oeillères dans ce dossier, soit on lui force la main (et là je pense à NBC). Le marché télévisuel de Phoenix est le 15ème plus gros du pays et en vertue de son entente conclu le printemps dernier avec NBC, la ligue pourrait bien être forcée de conserver ce marchés sous peine de voir l’entente revue à la baisse. Mais dans sa folie, Bettman sera à coup sûr arrêté par le Board of Governors qui quoi qu’il arrive devra entériner la vente des Coyotes à Jamison. J’ose croire qu’il n’y a pas au moins 20 gouverneurs (car il faut à Bettman une majorité de 2/3 des gouverneurs pour approuver son deal) pour suivre Bettman dans sa folie arizonienne.

En ce qui concerne Québec, qui serait la plus à même à accueillir les Coyotes, je pense qu’il est un peu trop tard pour accueillir l’équipe pour la saison prochaine. Le calendrier de la prochaine saison de la NHL sera révélé mercredi. Il a été dit que la ligue avait préparé deux calendriers, un avec Phoenix et l’autre avec Québec. Mais malgré ceci, logistiquement, il est bien trop tard pour voir un deal se mettre en place et surtout toute une équipe déménager en vue de la prochaine saison. L’an dernier, avec une vente étant intervenue le 30 mai, le déménagement des Thrashers à Winnipeg était juste rentré dans les cordes.

Je pense que la ligue va devoir garder les Coyotes sous sa coupelle une année de plus. Ainsi, la NHL va encore passer une année à perdre stupidement de l’argent à cause de la lubie de son commissionnaire. Il a un acheteur au reins solides, connu, dans le meilleur marché qu’il puisse être, avec une aréna en construction et une autre qui peut encore accueillir des matchs de NHL … mais voilà Bettman est entêté. Les gouverneurs ne lui feront pas de cadeaux et à la moindre nouvelle erreur sur ce dossier, il se pourrait bien qu’un vote de défiance intervienne à l’encontre du commissionnaire, je ne vois pas d’autre alternatives …

Bref la saga des Coyotes est loin d’être terminée …

California Dreamin’ !

On a l’habitude de dire « les premières fois sont toujours les meilleures »! Une chose est sûre, de cette première Stanley Cup, les Kings s’en souviendront pendant de nombreuses années et il y a fort à parier que celle ci sera la meilleure, tant dans son exécution que de part ce sacre surprise. Los Angeles s’en vient ceindre pour la première fois de ses 44 ans d’histoire la Coupe Stanley. En tout juste 5 ans c’est la deuxième équipe californienne à remporter le « gros bol » après le sacre des Ducks en 2007. Bref tout ceci à des allures d’un véritable film hollywoodien, un vrai rêve californien …

Pour rester dans le ton de cette année 2012, la première chose qui me vient à l’esprit quand je pense aux playoffs que ces Kings ont réalisé c’est le mot « intouchables ». L.A a toujours paru en contrôle dans ces séries en ne connaissant à aucun moment le déficit de victoires face à ses adversaires. Vancouver, Saint-Louis, Phoenix et New Jersey, tous auront été dominé et ils n’auront jamais mené les Kings dans chacune de leurs séries. Autant dire que de par tous les étages menant jusqu’au sacre suprême, les Kings auront dominé de la tête et des épaules LEURS séries!

Alors comment cette équipe qui pourtant a terminé 8ème de la conférence Ouest a pu se hisser jusqu’au titre suprême? Jamais dans l’histoire du sport nord-américain un tel exploit s’est réalisé. Depuis le début de saison, je considérai L.A comme une belle endormie. Alors je serai bien prétentieux si j’affirmai avec force que j’attendais les Kings à ce niveau là. Bien sûr que non, et personne ne le pouvait sur une argumentation purement rationnelle. Rien ne nous permettait d’envisager un réveil collectif de Dustin Brown, Mike Richards, Jeff Carter ou encore de Justin Williams pour ces playoffs. Mais ce que je veux dire ici, c’est que Los Angeles avait tous les ingrédients en place pour aller jusqu’au bout. Le fait est que cette année ne semblait pas être la bonne pour ce groupe ci. Pourtant les faits sont là!

Il semblerait donc logique d’accorder tout le crédit à Darryl Sutter, le coach des Kings arrivés à L.A à la mi-décembre dernière, homme qui a tout débloqué dans ce groupe. Pourtant je me pose une question quand aux propos de Sutter au micro de « Hockey Night in Canada » juste après la sacre des Kings : « Vous savez il y a beaucoup de leadership dans cet effectif et surtout beaucoup de jeunesse. Ils ont été fantastiques dans leur manière d’écouter tout ce que l’on avait à leur dire ». Outre le fait que Darryl Sutter leur a apporté les clefs pour aller jusqu’au bout, ces joueurs ont surtout trouvé en cet homme un nouveau guide à suivre. Je pense que c’est surtout le départ de Terry Murray qui a libéré ce groupe. Alors je n’étais pas au sein du groupe des Kings pour savoir ce qui clochait avec Murray, mais à en voir la transformation extérieur que ce groupe a subit, il y a fort à croire que le divorce était bien consommé entre Murray et son groupe lorsque ce dernier a quitté le navire. Tout ce qu’il fallait à ce groupe c’était un coach d’expérience capable de de leur vendre un système efficace auquel ils pourraient croire.

Je pourrais vous parler de bon nombre de personnes dans le staff des Kings pour lesquelles je suis tout particulièrement heureux. Je pense en premier à Simon Gagné. Un joueur tout simplement génial, après tout ce qu’il a fait à Philly, tous les ennuis de santé qu’il a connu et qui l’ont empêché de prendre part à un run lors des séries. Cette Cup apparait pour lui comme la concrétisation de toutes ces années de galère. Je pense également à Luc Robitaille qui a été le leader de toute une génération à L.A après le départ de Wayne Gretzky. Adulé par les fans de L.A, croyais moi quand je vous dis qu’il va célébrer comme il se doit cette Coupe Stanley. Je pense aussi à Ron Hextall, membre de l’équipe dirigeante aux côtés de Dean Lombardi. Ce grand gardien qui n’aura jamais réussi à toucher la Cup avec les Flyers. Il en aura été près en 1987 et en 1997 où il perd par deux fois la finale avec Philadelphie.

Pour vous parler de la série en elle même, je dois vous dire que je suis plus satisfait de voir les Kings l’emporter 4-2 que 4-0. Une telle gifle n’aurait en aucun cas reflétée la réelle physionomie de cette série. Cette dernière a été bien plus serré que l’on a voulu nous le faire croire. New Jersey était bien moins armé sur le plan des individualités, c’est indiscutable. Mais avec le momentum du match 4 de leur côté, je reste persuadé qu’ils auraient pu aller jusqu’au match 7. Finalement c’est cette pénalité de 5 minutes qui aura eu raison de ce momentum qui ne tenait finalement qu’à un cheveu; et à dire que cet avantage numérique ne serait jamais arrivée si les arbitres auraient sanctionnés la charge par derrière à l’encontre de Stephen Gionta juste avant la fameuse pénalité infligée à Steve Bernier pour son boarding à l’encontre de Rob Scuderi.

Le Devils sont loin d’avoir volé leur place dans cette finale et il n’ont pas démérité. Passer d’une saison cataclysmique à une finale de la Coupe Stanley, je dois dire que la plus-value est plutôt belle. Tout le crédit doit revenir aux leaders de cette équipe qui ont su redonner confiance à tous le groupe. Je pense principalement ici à Martin Brodeur, Zach Parise, Ilya Kovalchuck et Patrick Elias. Mais on ne doit pas oublier Peter DeBoer dans tout ça qui a du prendre la suite de Jacques Lemaire. Le grand Jacques n’est pas tout blanc dans ce succès lui aussi car il a su redonner confiance à tout cet effectif en fin de saison dernière … Comme quoi les beaux parcours prennent parfois forme bien en amont de la saison elle même.
DeBoer, tout le monde lui jeté la pierre lorsqu’il était à la tête des Panthers, équipe abonnée aux bas fond de la conférence Est. Mais pour sa première saison avec une équipe potable (car ses Panthers n’avaient pas la tête de ceux modelés à l’intersaison par Dave Tallon) il réussit à aller en finale de la Coupe Stanley! C’est la certainement la plus belle des manières de faire taire à jamais tous ses détracteurs.

Cette finale en soit ne rentrera pas dans les annales. Elle résume bien la tendance de la NHL qui s’est transformée ces dernières années en une ligue orientée vers la défensive. Les scoring plutôt faible en témoigne parfaitement. Les gardiens auront volé la vedette! Maintenant il nous reste plus qu’à attendre la draft qui se déroulera à Pittsburgh les 22 et 23 Juin prochain, puis le marché des agents libres qui ouvre le 1er Juillet prochain et l’on sera off pour deux mois …

Tout ce qu’il faut espérer c’est que l’on aura du hockey au mois d’Octobre prochain. Mais ça c’est une autre histoire dont on aura le temps de parler …

Les Devils peuvent-ils revenir de l’enfer?

Avec leur victoire hier soir lors du match n°4 à Los Angeles, les New Jersey Devils sont passés tout prêt d’un humiliant « sweep » face aux Kings. Cette victoire 3-1 leur donne un sursis et transporte la série à nouveau du côté de Newark. Pour beaucoup, cette victoire permet aux Devils de ne pas finir fanny dans une finale où l’issue est déjà acquise. Pour une grande majorité de personne, il ne fait plus aucun doute que les Kings seront couronnés rois de la NHL. La question demeure de savoir quand ..?

De manière générale, on assiste à l’une des finales ayant une moyenne de buts des plus basses. Ceci signifierai-t-il que les attaquants sont en manque d’inspiration? Non je ne le crois pas. En réalité cette finale est cadenassée car l’on a face à face deux des meilleures défenses de la ligue depuis le début des playoffs. Chacune menées par deux gardiens d’exception, il faut se lever très tôt pour passer à plusieurs reprises la cage de Marty Brodeur et de Jonathan Quick.
Mais fruit du hasard ou simple logique, il apparait que malgré cette série fermée, une des deux équipes – en l’occurrence les Kings – s’est dégagée rapidement et de manière très nette. Vous ne voyez pas où je veux en venir avec tout cela? Et bien je vous explique beaucoup plus précisément le fond de ma pensée, à la suite de ce match 4 qui pourrait bien, selon moi, changer beaucoup de choses dans la donne de cette série.

J’ai le sentiment que depuis le début de cette finale les matchs se jouent sur des détails entre les Kings et les Devils. Les deux premiers matchs tournent en faveur des Kings alors que d’aucun s’accorde à dire que New Jersey a dominé – et principalement le match 2 – ces deux matchs. Suivant cet état de fait on pourrait dire que les deux victoires de LA relèvent du « coup de dès ». De toute manière, on peut dire que tout match de playoffs se décidant en prolongation relève d’un vrai pile ou face. Tu peux dominer un match de long en large et faire une erreur durant la prolongation pour qu’au final on ne retienne uniquement le nom de l’équipe qui a inscrit ce but délinéateur. C’est toute la cruauté d’un match se décidant en mort subite …

Tout cela pour dire qu’à mon humble avis, les Devils n’ont pas à rougir (si je puis me permettre :D) de leur performance lors de ces deux premiers matchs. Une série débouchant sur un avantage 2-0 pour NJ ne m’aurait pas plus choqué qu’un 1-1 ou qu’un avantage de 2-0 pour les Kings. En réalité, LA a été souverain au possible lors du match 3 où l’on a bien vu que le coup au moral porté aux Devils à la suite du game 2 était grand. Qui plus est ce match se jouait au Staples Center, à Los Angeles, pour une équipe qui n’a pas connu un road trip de cet accabi depuis plus de 5 mois! Autant dire que la fatigue mentale et physique devait être énorme à l’orée de ce match 3 pour les Devils.

Mais le résultat du match 4 pourrait en définitive tout changer! Alors il demeure difficile d’affirmer avec un aplomb des plus certains que cette victoire de New Jersey va en effet relancer la série. En réalité personne ne peut affirmer une telle chose. Mais la question se pose. Pour dire vrai, je suis impatient de voir les premières minutes du match 5 pour voir si en réalité un le momentum a bel et bien changé de côté après ce game 4.
New Jersey a effet gagné un match et n’aura pas été balayé. Mais ces Devils là ont gagné un match sans la moindre pression sur leurs épaules. Alors je sais, ça peut paraitre bien simpliste voir naïf de se justifier avec le bon vieil argument de l’absence de pression. Pourtant les faits sont là. Je suis prêt à parier quelques bucks que ce match là, si ça avait été le match 1 ou 2, et bien les Devils l’auraient perdu. Pourtant hier soir ils l’ont gagnés, preuve que quelque chose semble avoir changé dans le rapport de force de cette série. C’est à LA de conclure, c’est à LA de se rétamer. Les Devils peuvent bien perdre, puisque tout le monde les ont déjà placés à six pieds sous terre et les ont déjà oubliés.

Pourquoi croire que ce match 4 pourrait vraiment changer le destin de cette série? Je l’ai dis auparavant, cette série n’est pas outrageusement dominée par les Kings, elle est très disputée. Pourtant le score de la série est là : 3-1 pour les Kings! Leur victoire au regard des statistiques et de la dynamique présente depuis le début des série ne fait aucun doute. Gagner 15 matchs et en perdre seulement 3 depuis le début des séries, ça fait réfléchir et ça impressionne! Mais occultons un moment tout ceci et concentrons-nous uniquement sur cette série. Les Kings ont pris rapidement les commandes de la série à tel point de passer à ça d’une victoire par un sweep. Mais voilà ils sont passés à un cheveux! Les Devils sont des semi-miraculés qui jusque là n’avaient pas la chance, les bonnes cartes en main pour faire la différence.

Aujourd’hui les « odds » – comme on dit outre atlantique – tournent en leur faveur. D’une ils ont récupéré le momentum et de deux les Kings sont parus bien moins libérés que lors des trois premiers matchs : beaucoup d’erreurs dans les passes qu’ils n’avaient pas l’habitude de commettre. C’est facile de jouer avec la plus grande des désinvoltures tout au long d’une série, mais le plus difficile est bel et bien de conclure et d’achever son adversaire. Il est vrai que jusque là les Kings se sont octroyés le droit de se planter sur au maximum un match et à chaque fois sur le 4ème. Et à chaque fois ils ont achevés leur adversaire lors du match 5. Es-ce que les Devils seront mangés à la même sauce? Nul ne peut le dire et c’est pourquoi j’attend avec impatience le match 5 de samedi soir.

Le scénario du match 5 peut modifier à jamais l’issue de cette finale que certains ont déjà commencé à consigner dans leur livre de bord. La donne est la même qu’hier soir : les Devils sont dos au mur, sans lendemain, et les Kings ne sont qu’à un but de plus que les Devils de toucher à l’ivresse de la Stanley Cup. Au final, ce match 4 pourrait ne compter que pour du beurre … pourrait bien …